Le bonheur est dans le pré-sent ! (1/2)

Aller en bas

Le bonheur est dans le pré-sent ! (1/2)

Message  Deniz le Ven 28 Mar 2008 - 18:19

Mais bon sang, c’est quoi le moment présent au juste ? On y est tout le temps, alors pourquoi tant en parler comme une chose difficilement accessible ? Qu’est-ce qui nous manque pour être dans le présent ? Que faut-il faire de plus ou de moins pour en profiter ? Il paraît que seul ce moment existe, que le temps terrestre est une illusion, que l’ego y perd alors sa puissance, ce qui nous amène enfin dans un état de paix, première étape du bonheur. Le temps est une illusion !!! Mais alors je suis en train de naître et de mourir maintenant aussi, et mes vies antérieures et futures se déroulent en même temps que celle-ci !!! Cela donne le tournis…



Difficile à comprendre et à croire, mais c’est pourtant bien le cas. Alors, comment est-ce possible ? Il faudrait plutôt se poser la question : pourquoi ne voit-on qu’une fraction de notre Vie, celle de maintenant ? En effet, la Vie est bien multidimensionnelle, et tout se déroule maintenant, et ce maintenant change continuellement. Ce changement provient de l’évolution de notre conscience, de notre perception même de la Vie. La réponse est simple : nous ne voyons qu’une fraction à cause du voile qui nous empêche d’avoir conscience du Tout, et ne nous donne qu’une vision très limitée de notre véritable Etre. Ceci a pour but d’expérimenter de manière séquentielle et optimale la vie terrestre, et pas tout en même temps, ce qui ne serait pas très enrichissant car il y aurait trop d’interférences et d’influences. De ce fait, nous n’avons conscience que d’une tout petite partie de notre Vie : tout comme en tant qu’individu notre conscience nous est propre et ne pouvons « être dans la tête des autres », le voile nous empêche d’avoir connaissance de nos autres moi, ou autres facettes de notre Moi. Ceci est dû au fait que nous ne pouvons avoir qu’une pensée à la fois, que notre conscience linéaire n’est pas ouverte à la multidimensionnalité. C’est comme si on essayait de comprendre les règles du jeu d’échecs, alors qu’un cache ne nous permet de voir qu’une seule case, chacun de nos moi voyant une case différente.



Par contre, à côté de tout ce qui nous sépare, il existe un endroit de convergence : le moment présent. C’est dans la conscience de son état d’être maintenant que le voile peut se lever et qu’on peut s’ouvrir à la multidimensionnalité. Si c’est si simple, pourquoi ne le fait-on pas ? Essayez de le faire et vous verrez (comme dans une méditation), vous ne tiendrez pas longtemps à vous concentrer sur ce qui se passe maintenant et à élargir ainsi cette fenêtre : ce coquin d’ego va tout faire pour nous distraire du présent en nous focalisant sur des pensées et des émotions (principalement de peur) relatives à ce que nous croyons être le passé et le futur, mais en tout cas autres que notre état d’être présent. Le comble, c’est que nous ne pouvons avoir conscience que de notre vie présente, mais que nous en sommes constamment détournés ! L’ego est une énergie créée dès notre enfance (éducation) et influencée par les égrégores, ancrée au plus profond de nos cellules : pour pouvoir survivre, cette énergie s’alimente en détournant la Nôtre ! Pour ce faire, elle nous focalise sur des états de mal-être en dehors du présent : peur, manque, besoin, frustration, colère…Ces pensées et ces émotions alimentent ainsi l’ego, qui hélas en veut toujours plus. Toutefois, l’ego n’est ni si malin ni si puissant qu’on pourrait le croire, en fait sa force vient du fait qu’il opère en cachette, dans l’ombre, à notre insu. Ainsi, à partir du moment où on prend conscience de sa réalité et de ses manigances qui deviennent alors évidentes, on projette de la lumière dessus, on le démasque, et il perd sa puissance. On réalise alors qu’il n’y a aucune peur et aucun manque à avoir dans le moment présent, véritable bulle de protection qui appelle au bien-être : rien de mal ne peut m’arriver maintenant, par contre je peux me souvenir de blessures passées et je peux m’imaginer les pires tracas à venir, mais pas à l’instant même.



Nous sommes ainsi constamment « décentrés » de la Vie, ce qui renforce le voile et nous déconnecte de notre Moi Supérieur et de ses énergies d’Amour. Cette conscience de l’instant est détournée par l’ego pour nous faire voyager en pensées et en émotions « en dehors », que nous appelons passé et futur : ceux-ci n’existent que par notre mental, par la focalisation de nos pensées hors du temps présent, donc de notre état de bien-être présent. Si ces pensées correspondent à des souvenirs, nous appelons cela passé, et si c’est des anticipations, nous appelons cela futur. Et il faut bien admettre que la majorité de nos pensées dans ces deux cas correspondent à des émotions de mal-être : ne nous souvenons-nous pas plus facilement d’expériences douloureuses, n’anticipons-nous pas davantage des événements futurs que nous craignons ? Voici un exemple parlant de détournement : l’envie. J’ai envie de chocolat, c’est comme si toutes mes cellules tapaient du couvert sur la table pour en réclamer, mon ego focalise mon attention sur ce besoin : su tu en manges, tu SERAS heureux ! Et comme mon ego travaille dans l’ombre, il a les mains libres pour en plus m’injecter des émotions de frustration si je ne mange pas le chocolat tant espéré, et de culpabilité si je vais vers l’armoire…pas facile de travailler dans l’ombre ! Eh oui, mon conditionnement me dit : le chocolat fait grossir…J’ hésite, puis je me dis le cœur soulagé : bah, ce n’est pas pour une fois, c’est n’est pas un petit bout de chocolat qui va me faire prendre un kilo, je ne craque pas mais je décide « de moi-même » d’en prendre dans l’armoire, ça va me faire du bien au moral…je l’ai bien mérité…Voilà, j’ ai le bout de chocolat en main, prêt à le mettre en bouche : et là, il se passe un tour de magie ! L’ego ayant obtenu ce qu’il voulait (combler un besoin), va immédiatement détourner mon attention sur autre chose pour sustenter son énergie, si bien qu’en mangeant (moment présent), je vais faire des gestes comme un automate, je vais être détourné du plaisir d’avoir le chocolat en bouche : sans m’en apercevoir, je vais penser à autre chose, je vais être déconnecté de ce moment que j’anticipais être du pur bonheur. Encore mieux, mon ego va me faire croire que l’objectif maintenant est de vite terminer le bout de chocolat que j’ai en mains : ça va te salir les mains si tu traînes, et ce n’est que quand tu auras fini que tu te sentiras mieux…Et voilà, sans m’en rendre compte, le chocolat est avalé, fini…Quelle horreur, non seulement je n’ai pas pris plaisir à le manger, mais j’ai englouti toutes ses calories…je grossis pour rien !!! Mais on ne m’y reprendra plus…jusqu’à la prochaine fois !



Autre exemple de détournement : la dualité, on définit une chose par son contraire. Comment sait-on qu’on aime une personne ? Le moyen le plus courant : cette personne nous manque quand elle n’est pas là ! Incroyable mais vrai, on définit l’amour sentiment par l’intensité de sa frustration !! Je pense tout le temps à lui ou à elle, il/elle me manque, j’ai tant besoin de recevoir son amour, son attention, sa complicité, il/elle fait partie de moi, sans lui/elle, je ne suis pas entier, je ne peux concevoir ma vie sans lui/elle…Et comme pour le bout de chocolat, quand on est en présence de l’être aimé, on pense à tout sauf au bonheur présent, à prendre conscience de la chaleur du sentiment d’amour, à ressentir la flamme dans son cœur et la joie, la légèreté qu’elle procure, à se sentir si bien, à profiter de l’instant magique…On est encore détourné vers des pensées futiles qui nous décentrent dans le passé ou le futur : pourquoi cette dispute l’autre jour, quand te reverrai-je ? Tu vas bientôt partir et tu me manques déjà ! Alors que je sais que je t’aime, je suis triste avec toi car tu ne me combles pas comme « je » voudrais ! Comme on en veut toujours plus, et que l’être aimé n’est qu’un humain à nos yeux, avec son propre ego, donc forcément limité, on ne sait pas profiter du bonheur qui se présente à nous. Pendant l’acte sexuel, les hommes ne sont-ils pas focalisés sur le plaisir de la femme, et sur leur éjaculation à venir : on pourrait recommencer une deuxième fois si ça arrive trop vite, et là, ce SERA nettement mieux… Et il en est de même avec tous les fantasmes, dont il serait impossible d’en profiter tel que rêvé si on parvenait à les concrétiser. Alors de deux choses l’une : soit on se rend compte du fait qu’on n’est pas capable de prendre plaisir en succombant à une tentation / dépendance, et on pense à autre chose pour s’en détourner, soit on y goûte mais en étant conscient du plaisir que cela procure dans l’instant même. Mais le plus stupide est d’y succomber sans y prendre plaisir et de n’en subir que les désagréments !



...suite...

Deniz
membre
membre

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 57
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://algekael.skynetblogs.be/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum